Interview : Powe

Author: Pas de commentaire Share:

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, nous sommes vendredi et qui dit vendredi dit : FIFASHOW avec Powe ! Pour l’occasion, je vous publie son interview.

Peux-tu te décrire en quelques mots ?

Extrêmement doué, et très jalousé. Quoi ça ne suffit pas ? Bon d’accord, moi c’est Powe, de type masculin et parisien depuis toujours. Youtuber ? Non, j’aurais bien aimé, mais je suis plutôt ce genre de mec bon en sport qui sèche les cours d’EPS et qui finit l’année avec un 6/20 de moyenne avec l’appréciation « Vu qu’une fois durant l’année : le jour de l’examen ». Je suis (et c’est sûrement un gros défaut) un anticonformiste, comme dirait mon pote Maskey, ce qui me pose pas mal de problèmes car je veux innover, être là où les autres ne sont pas. Cela me fait aussi trop réfléchir, puis je laisse ma chaîne parfois six mois sans vidéos. Enfin, j’ai la particularité d’être autant apprécié que détesté. C’est un concept, je te l’accorde, mais c’est parfois très flatteur. Un mec comme moi ne devrait pas avoir une communauté qui le suit avec autant de patience et de force, et pourtant, tous les jours, ils sont là. J’ai un truc qui me sauve un peu la mise : c’est ma créativité et mon entourage, ce qui me vaut de surprendre beaucoup, et de ne jamais me laisser enterrer. Tu peux voir Powe sur sa chaîne tous les quatre ans, ou à la tête d’une émission FIFA. Tu peux aussi le voir dans le monde de l’E-Sport, ou derrière des jeunes youtubers, derrière un projet puis un autre. « Tu ne peux pas en vouloir aux autres si tu n’as rien fait de tes dix doigts. » Alors, moi j’utilise même les orteils pour être avant tout fier de moi.

Pourquoi le pseudo « Powe » ?

Quatre lettres, ça sonnait bien, et cela veut dire « mon altesse » en malgache-créole. J’ai trouvé que ça me ressemblait bien.

Quels sont ton club et ton joueur préférés ?

Mon club de football préféré est l’Olympique de Marseille, même si je supporte Paris. L’OM me régale chaque jour, que ce soit les supporters ou le staff. Certains regardent « Plus belle la vie », moi je regarde l’OM, et qu’est ce que c’est bon. « À JAMAIS LES PREMIERS FRAAAA ». Je n’ai pas qu’un seul joueur préféré. comme je te le disais, je suis ce mec qui va te répondre que le football est trop beau, surtout en ce moment, que pour ne choisir qu’un joueur. Messi, Ronaldo, Neymar, Suarez, Ibra, tout ça c’est le FOOTBALL avec un grand « F », même si moi je préfère surtout les jeunes joueurs, comme Kingsley Coman, Christopher N’Kunku pour ne citer que des français.

Et sur Fifa ? Pourquoi ce joueur ?

Sur FIFA … (rires) Je suis NUL à FIFA, mais vraiment NUL. Et j’ai la chance d’avoir de sacrés joueurs, je peux te citer Pelé, Gullit, toutes les cartes TOTY, ce que tu veux au final, et je perds quand même !! Alors, d’un point de vue objectif, en terme de « niveau », Gullit est trop bouillant et très complet. Cependant, comme au final je perds quand même avec, je préfère jouer avec Gameiro et crier son nom quand il marque, comme un coach qui verrait son poulain faire la différence.

Quel est ton dispositif préféré sur FIFA 16?

J’essaie un peu toutes les compositions pour varier mais je retourne toujours aux sources : 4-3-3 (4) ou 4-4-2 losange.

Avec quelle équipe prends-tu le plus de plaisir à jouer sur FUT ?

L’équipe avec laquelle je prends le plus de plaisir à jouer sur FUT est celle que tu vois actuellement, trop balèze.

team powe

Quel est ton meilleur souvenir sur un FIFAshow ?

Oh la question de fou ! Mon meilleur souvenir dans le FIFASHOW est nos anciens locaux. On était situés dans un endroit où il te faut un passeport malien pour pouvoir circuler tranquillement. C’était magique, c’était Château d’Eau. Une lutte sans merci entre les coiffeurs concurrents du quartier qui n’hésitaient pas à se jeter des ciseaux dans les yeux si jamais l’autre racolait sur le même trottoir que lui, des poules encore vivantes qui tentaient de fuir à Mariama Kadioutou Baldé qui était prête à en faire un KFC – KFC qui d’ailleurs était mon meilleur pote pendant les émissions -. Cela me manque de ne plus pouvoir manger mon Bucket en pleine émission. Oh, et ça me manque aussi de m’arrêter toutes les 8 secondes 59 à cause de Brak, qui se faisait harcelé par les racoleurs : « Tu veux coiffeur tonton ? Viens coiffeur. » Qu’est ce que c’était beau ça. Sinon, le FIFASHOW en lui-même est un souvenir : que de l’évolution, que des bons moments, notre recrue, nos nouveaux locaux, nos nouveaux invités, … Tout ça, j’en suis fier.

Vous recevez souvent des invités sur le plateau du FIFAshow mais comment ceux-ci sont-ils choisis ?

Si tu en es là dans l’interview, cela signifie que tu as déjà pu voir que Powe était partout, et qu’il avait des amis et un entourage de fou. Au début, cela suffisait pour que l’équipe du FIFASHOW et moi nous invitions des collègues et des potes. Puis on a recruté, comme je te l’ai dit, une manager de folie qui s’occupe de nous comme personne ne le ferait : Toufissime, qui, maintenant, fais un travail de monstre sur le projet FIFASHOW, sur l’organisation, la préparation, la communication, l’événementiel, etc… Et la gestion des invités. Ils sont choisis sur un coup de coeur. Ce n’est pas réfléchi du style « Lui, il peut nous faire du buzz ! ». Si on sent que la personne est dans notre délire, alors on va avoir envie de l’inviter sur notre plateau. On a aussi beaucoup de membres de notre communauté qui nous recommandent des personnes « Hey l’équipe, vous pouvez inviter Ultimo Diez au FIFASHOW ? Ils sont top ! » Ni une ni deux, Touf est sur le dossier, on regarde ça et la prise de contact est faite 🙂

L’E-Sport a été reconnu comme sport par le gouvernement français : quel est ton avis là-dessus ?

C’est encourageant : avant, un jeune qui passait sa journée à jouer à FIFA avec comme objectif d' »être le meilleur » était un gros geek sale qui ne voyait pas la réalité. La « vraie vie » (je déteste ce mot) était alors de « bien travailler à l’école ». Aujourd’hui, ce n’est pas encore le cas mais peut-être que dans dix ans ce même mec sera vu comme un sportif qui passe dix heures par jour à faire de la gym. La société est malade : un jour la femme est un objet, quelques années plus tard elle a le droit de vote, et quelques années plus tard on se rend enfin compte que c’est la plus belle chose au monde. Pour rester dans l’E-Sport, je soutiens le développement de ce projet directement. En effet, j’y participe via mon ami Liins, que j’essaie de coacher dans la compétition FIFA dés que le temps me le permet. Par ailleurs, j’aimerais bien monter une structure et voir mes joueurs tout péter.

Comment peut-on suivre ton activité ?

Tous mes projets commencent et sont à suivre sur mon Twitter @PowePFR (je ne suis pas encore certifié mais ,2016, c’est pour nous et on y croit). Tout se passe sur mon Twitter. Les réseaux sociaux, ce n’est pas mon fort, et c’est pourtant une arme fatale dans ce milieu. Mais si je commençais à être armés jusqu’aux dents, ça serait trop facile. Je me laisse quand même un peu de challenge sinon que deviendraient les autres ?… (rires)

Que penses-tu de ce blog ?

C’est génial car c’est exactement ce que je recherchais. tous les jours on interroge et questionne des personnes au FIFASHOW, on se renseigne sur leurs vies, leurs projets, mais on ne s’interroge pas soi-même. Ton blog m’a permis de le faire, à moi et à plusieurs autres personnes. Pour cela, je te remercie, et je te souhaite le meilleur, à toi et aux lecteurs de FUT with Apero. « See you next time guys, and peace out » (comme dirait Moufassa …)

Merci à toi

 

Voilà j’espère que cette nouvelle interview vous aura également plu. N’hésitez pas à me rejoindre sur les réseaux sociaux !

Previous Article

Interview : Welcome Jules

Next Article

Interview : YoMax

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire