Test – Dreams

Author: Pas de commentaire Share:
test dreams mini

Media Molecule (Mm), le studio de développement à l’origine de Little Big Planet et Tearaway, fait un retour fracassant et osé avec « Dreams ». Sorti le 14 février 2020 en exclusivité sur PlayStation 4 après plusieurs mois d’accès anticipé, il s’inscrit dans la logique du studio : « Jeu. Création. Partage. ». Le but ? Permettre à chaque joueur d’avoir tous les outils nécessaires à la création d’un jeu vidéo, de la musique au gameplay en passant par l’environnement. Encore plus fou, il n’enferme pas le joueur dans la création de jeux, au contraire « Dreams » souhaite laisser le joueur décider entièrement de son projet. (Créer un court-métrage, c’est possible !)

Enfin, le meilleur : Chaque création peut être publiée et jouable par quiconque possédant le jeu via un réseau social créé spécialement pour l’occasion. L’idée est géniale, mais concrètement, ça donne quoi ?

Test – Dreams

Le jeu en lui-même

Une fois arrivé sur « Dreams », vous faites très vite face à votre premier dilemme : choisir votre follet. C’est une petite créature qui vous accompagne dans toutes vos aventures et qui permet d’interagir avec le monde, y compris dans les menus. C’est par exemple grâce à votre follet que vous pourrez prendre le contrôle des personnages, ou activer des mécanismes. Deux possibilités s’offrent rapidement à vous : La création de rêves ou le voyage onirique. Autrement dit, créer des jeux ou jouer aux jeux des autres. Dans les deux cas, les possibilités sont quasiment infinies.

Le rêve d’Art

Afin de se familiariser aux possibilités données par Dreams, Mm a créé un jeu complet à partir de celui-ci. « Le rêve d’Art » s’affranchit totalement de la logique de genres. On passe d’un jeu de plate-forme à des énigmes en passant par des phases de shooting, et ce n’est qu’un bref aperçu de ce que cette aventure propose ! Une bande-son maitrisée et au cœur de l’histoire, un univers graphique unique et bien réalisé, et une morale simple, mais importante. Notons quand même que la difficulté est loin d’être relevée et la durée de vie plutôt courte (2 à 3 heures de jeu). Tout au long de l’histoire, avec un peu de dextérité et de curiosité, vous débloquez de nouveaux éléments à utiliser dans vos futures créations.

dreams screen 1

Une immensité de créations possibles

Si l’on en croit ce que les personnages clés du jeu nous disent, créer sur « Dreams », c’est simple ! Qu’on soit clair, on est bien loin de la « simplicité » d’un Little Big Planet. Pour créer votre jeu, il faudra de l’assiduité, et surtout une longue période de recherche et de didacticiels divers et variés. Les outils sont nombreux, mais avant de les maitriser, il faudra apprendre et expérimenter leur fonctionnement ! Néanmoins, la prise en main, en particulier de la caméra, est très bien gérée, ce qui était un grand danger de la sortie d’un jeu pareil sur PS4.

dreams 2 screen

Du coup, pari réussi ?

Ce jeu ravira tout le monde. Vous avez toujours rêvé d’être créateur de jeu vidéo ? C’est maintenant possible. Vous n’aimez pas créer et vous souhaitez simplement jouer ? C’est également possible. Vous trouverez bien au moins un jeu, parmi tous ceux qui sont créés par la communauté, qui vous plaira. Et ce qui rend le tout magique, c’est de se dire que vous pouvez créer vos futurs jeux préférés, directement depuis votre PS4.

Previous Article

FUT 20 – Solution DCE – Hummels Flashback

Next Article

FUT 20 – Solution DCE – Haland POTM

Laisser un commentaire